27Jul

Soutien, conseil, défense des intérêts des artistes-interprètes : c’est quoi au juste PlayRight+ ?

Créé par et pour les artistes, PlayRight travaille à la perception, à la gestion et à la répartition des droits voisins en Belgique mais pas seulement. PlayRight+, un des départements de PlayRight, a été créé il y a deux ans afin de soutenir les artistes-interprètes et de défendre leurs intérêts au sein du secteur. Ioan Kaes et Rudy Peereboom nous en disent plus.

Pourquoi avoir décidé de créer ce département au sein de PlayRight ?

Rudy : Le but était d’élargir les activités de PlayRight afin de défendre les intérêts des artistes-interprètes ou exécutants. Les affiliés venaient de plus en plus vers nous pour poser des questions sur leur situation sociale, économique, juridique, fiscale et autres. C’est donc pour répondre à ce genre de demandes que PlayRight+ a été créé, la législation permettant aux sociétés de gestion collective d’entreprendre des activités ayant pour but d’améliorer la position juridique, sociale et économique des ayants droit qu’elles représentent.

Le but premier de PlayRight+ est d’être la voix des artistes-interprètes face aux pouvoirs publics et aux autres acteurs du secteur dans lesquels ils travaillent, grâce à des initiatives propres et au suivi des travaux politiques aux niveaux européens, fédéraux et régionaux ; mais également en participant à des concertations sectorielles, ainsi que par le soutien des organisations (groupement d’intérêts) qui représentent certaines catégories d’artistes-interprètes ou exécutants.

PlayRight+ gère aussi un budget qui permet de soutenir des projets qui bénéficient aux artistes-interprètes. 

Imaginons que je sois une organisation et souhaite financer un projet précis, comment je dois m’y prendre pour demander votre soutien et comment ça se décide au sein de PlayRight+ ?

Ioan : La PREMIÈRE chose à faire, est de nous contacter. Il y a une procédure pour introduire les demandes de soutien de PlayRight+. Nous avons deux deadlines par an pour l’introduction des demandes : l’une le 31 mars et l’autre le 30 septembre.  Peu après ces dates, les dossiers de demande sont traités par la Commission PR+. Mais, le chemin vers l’introduction d’une demande ne se fait pas seul, PlayRight+ est là pour aider les intéressés à préparer leur dossier, à mettre en avant ses qualités et plus-values et à leur expliquer comment le dossier sera traité.

Rudy : PlayRight+ tient à soutenir des projets qui mettent en avant l’aspect d’interprète de nos artistes. En plus de soutenir des projets indépendants, le département peut ainsi se lancer dans des partenariats avec des organisations qui ont une éthique correcte vis-à-vis des artistes-interprètes ou exécutants. PlayRight+ veille évidemment au plus grand respect du droit d’auteur et les droits voisin de chaque collaboration.

Qu’est-ce-que fait concrètement PlayRight+ pour « défendre les intérêts des artistes » ?

Ioan : Nous suivons de près tous les développements politiques et juridiques et nous nous mobilisons pour que la voix des artistes-interprètes soit entendue au sein de notre secteur et par les décideurs politiques. Cela signifie aussi que l’on essaie de tenir les artistes-interprètes informés de toutes les évolutions qui les concernent. Nous recevons par exemple souvent des questions relatives aux contrats. Nous n’allons pas négocier les contrats pour les artistes, mais nous détectons les pratiques qui ne sont pas acceptables dans l’intérêt général des artistes-interprètes, nous les signalons le cas échéant auprès des fédérations sectorielles.

Rudy : PlayRight+ apporte également un soutien au secteur par l’aide aux initiatives, par l’organisation de forums, par les contacts avec les groupements d’intérêts d’artistes, etc. Le département fournit aussi des conseils d’ordre général sur les aspects juridiques et professionnels du travail en tant qu’artiste-interprète ou exécutant, organise des débats, des journées d’étude et de conférences et remet des prix. Le tout en vue de sensibiliser le public à l’importance des droits voisins et des droits d’auteur et aux préoccupations, besoins et problèmes des artistes-interprètes. Les droits voisins sont encore fort mal connus, même par les professionnels qui travaillent quotidiennement avec ceux-ci. Le but de PlayRight+ est aussi d’être le centre de connaissances des droits voisins pour le secteur tout entier (pas seulement pour les artistes-interprètes).

Peut-on être affilié à PlayRight et aussi vous demander un soutien financier ?

Ioan : Bien sûr ! Par contre, les soutiens financiers ne peuvent pas être demandés par des personnes individuelles. Les aides sont réservées aux organisations. Mais, le fait que l’organisation soit gérée par des personnes qui sont ou non affiliés ou associés à PlayRight ne change rien dans le traitement de la demande par la Commission PlayRight+. Seule la prestation et le respect de la prestation des artistes-interprètes comptent.

Des questions à propos de PlayRight+ ? Contactez-nous par mail à 

20Jul

Musique & audiovisuel: déclarez vos contributions

De nombreux musiciens ne déclarent pas (encore) leurs contributions dans le cadre de leurs collaborations musicales pour une série, un film ou encore l’enregistrement d’un concert diffusé ensuite à la télévision.

Imaginons un instant que:

  • Je suis batteur et ai participé il y a 4 ans à un enregistrement pour la bande original d’une série diffusée sur la RTBF l’année suivante. Cette série est rediffusée en ce moment et d’autres chaines francophones hors Belgique s’apprêtent à la diffuser à leur tour.
  • Je suis chanteur et une chanson de mon dernier album a été choisie en guise de générique d’un film diffusé par la EEN

En tant que musicien, chanteur ou chef d’orchestre, vous pouvez (et devez) déclarer votre participation à :

  1. Un enregistrement musical réalisé en studio ou en concert et susceptible d’être diffusé ou copié
  2. Un programme télévisé dans lequel vous avez joué, un enregistrement de concert qui a été diffusé à la télévision, la bande originale d’un film à laquelle vous avez contribué, l’enregistrement de la musique de programmes télévisés, de dessins animés ou de séries d’animation.

Pour cette dernière catégorie (2), il existe déjà une déclaration à part entière dans votre portail en ligne appelée “musique dans l’audiovisuel“. Cette modalité nous permet de collecter des informations détaillées sur vos contributions afin de faciliter la répartition qui vous est due. Le fait que vous ayez participé à un enregistrement musical en tant que batteur ou chanteur d’un morceau utilisé comme générique ou habillage d’une série /ou d’un film diffusé à la télévision vous permet donc de générer des droits voisins que nous vous proposons de collecter.

Nouveauté : notre portail en ligne permet aujourd’hui de spécifier quel rôle vous aviez (contrat d’artiste, chef d’orchestre, musicien de session) sur cet enregistrement. PlayRight travaille quotidiennement à améliorer votre portail de même que la prise en compte des enregistrements auxquels vous avez participé.

Que devez-vous déclarer ? Plus d’infos ici

6Jul

Un prix PlayRight+ pour les étudiants

Faites par et pour les Artistes, PlayRight+ croit en la future génération d’acteurs et musiciens et s’est rendu au Conservatoire de Gand et à PXL Music (à Hasselt), où des prix ont été décernés aux jeunes diplômés. 

Ioan Kaes (PlayRight+) et Frederik De Clercq (PXL Music)

Ioan Kaes (PlayRight+) et Frederik De Clercq (PXL Music)

Défendant quotidiennement les intérêts de plus de 11 000 artistes, nous sommes très admiratifs de ceux qui choisissent, et ce dès le plus jeune âge, de faire de la musique et de l’interprétation leur future profession. Et pour ceux qui excellent dans leur passion, un coup de pouce supplémentaire est possible. PlayRight+ offre à toutes les écoles-hautes et les universités belges l’occasion de décerner le prix PlayRight+ aux jeunes diplômés musiciens et acteurs. S’élevant à 500 euros, le prix est attribué à ceux qui se sont distingués pendant leur apprentissage et cursus en tant qu’artiste-interprète.

Les prix PlayRight+ 2016 ont donc trouvé 2 heureux élus cette année. Le jury du Conservatoire de Gand a choisi le pianiste Gilles Vandecaveye. “Un chercheur passionné, qui tout au long de son parcours au sein du Conservatoire de Gand ainsi qu’un semestre au Rhythmic Music Conservatory (Copenhague), a toujours exploré de nouvelles opportunités et délivre une musique d’un haut niveau artistique. Gilles est un pianiste doué, plein d’inspiration, avec une musique à la fois originale et sophistiquée Et nous lui souhaitons qu’il continue sur le même chemin pour les années à venir, aussi bien en Belgique qu’à l’international.»  Cet été vous pourrez voir Gilles sur scène avec le jazz-trio Steiger.

Le jury de PXL Music a porté son choix sur le chanteur Frederik De Clercq. “A travers sa thèse de fin d’étude, Frederik De Clercq a prouvé avoir une vision précise et un regard clair sur le musicien d’aujourd’hui. Il a su sortir des sentiers battus pour choisir le chemin le moins facile, en particulier celui d’un musicien dans le doute constant et en recherche éternelle, attentif aux détails et à la beauté de la musique.” Cet été vous pouvez voir Frederik sur scène avec This is Hert  et Be Irving.

Le prix PlayRight+ est une initiative qui sera reconduite tous les ans. Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à nous contacter à .