Maaike Cafmeyer : « Les artistes apporte une bulle d’air dans ce pays »

13 décembre 2021

En Flandre, il est impossible d’imaginer l’écran sans elle. Propulsée sur le petit écran avec son rôle dans Het Geslacht De Pauw et Aspe, Maaike Cafmeyer est devenue depuis une icône de la télévision. Plus qu’une actrice, on vous propose un entretien sans filtre avec Maaike, qui est également un membre de PlayRight depuis des années !

Comment les gens vous connaissent-ils principalement ? Quels sont/ont été vos plus grands rôles ?

Maaike : Je ne sais pas si les gens me connaissent spécifiquement pour un rôle ou un autre. Parfois, j’entends des gens chuchoter : “Ce n’est pas ‘Dedie’ d’Eigen Kweek, mais elle n’avait pas les mêmes cheveux ?”. Ou encore : “Elle a sérieusement pris du poids depuis Daarmee Basta“.

Les gens me connaissent aussi du théâtre mais des fois cela produit des situations assez cocasses: Après la pièce Oom Wanja de Tchekhov – une pièce assez dramatique – un monsieur respectable vient vers moi et me demande un autographe. Il me dit : “Excusez-moi de vous le dire, mais je vous trouve bien plus drôle à la télé.” Les gens voient ce qu’ils veulent voir.

Le métier d’acteur est votre principale profession. Faites-vous aussi d’autres choses ?

Maaike : Je viens de terminer un tournage lourd et il n’y a pas beaucoup de place pour d’autres choses. Nous sommes restés trois mois dans un hôtel caché dans le Westhoek. J’étais heureuse de pouvoir voir mes enfants pendant le week-end. Le métier d’acteur vous absorbe complètement. Se lever très tôt le matin, faire de longues journées de tournage et étudier les textes pour le lendemain le soir. J’aurais aimé pouvoir enfiler un tricot ou lire un livre, mais la plupart du temps, je m’endormais comme une pierre.

Depuis combien d’années travaillez-vous en tant qu’actrice ? Quand cela a-t-il commencé ?

Maaike : Cela a commencé dès la maternelle, je crois, lorsque la troupe de théâtre amateur De Rembert van Torhout est venue répéter dans notre grand jardin. Tous ces gens qui se sont déguisés, ont peint et se sont tellement amusés ensemble, ça a déclenché quelque chose chez moi. Plus tard, après quelques expériences et errances estudiantines, je me suis retrouvé au conservatoire. J’étais timide, mais le théâtre m’a vraiment donnée une voix.

J’avais 26 ans lorsque Sam Bogaerts m’a proposé mon premier rôle à part entière dans Wachtend op Godot (2000). Comme aucune femme n’était autorisée à jouer dans ce Becket – en raison des restrictions strictes imposées par ses héritiers – on m’a annoncé comme étant Mike Cafmeyer. J’ai donc fait mes débuts en tant qu’homme. Pas que ça fasse une grande différence. Finalement, nous avons quand même dû nous arrêter à cause d’une pénalité imposée par le juge.

Comment le monde audiovisuel a-t-il changé ces dernières années ? Constatez-vous d’énormes différences depuis l’avènement de l’exploitation numérique et des plateformes de streaming en ligne ?

Maaike : Pour être honnête, je n’en remarque pas beaucoup. Je suis parfois approché par des productions hollandaises. Mais j’étais à Paris la semaine dernière et ce n’est pas comme si on m’avait offert un gin tonic en raison de mes talents d’actrice. Mon compte en banque continue également de s’équilibrer sur la ligne rouge. Je vais donc continuer à travailler sur la route ici en Flandre. Investir avec ma petite compagnie dans le théâtre et l’écriture.

Le streaming en ligne des séries ou des films dans lesquels vous jouez vous a-t-il permi de gagner en visibilité ? D’avoir un public plus large?

Maaike : Il est indéniable que plus de gens regardent. Une fois, j’ai reçu un courrier de fans des Philippines me demandant dans quelle école de théâtre j’avais étudié… c’est quelque chose que je n’aurais jamais cru possible.

Et bien sûr, les médias sociaux donnent aussi un coup de pouce au streaming ! Quand Ricky Gervais dit au monde entier que De twaalf est une série fantastique, cela a certainement un impact.

Mais je n’ai pas plus de travail grâce à ça. Ce n’est pas comme si les offres exceptionnelles affluaient soudainement de Londres. C’est dommage. Il faudrait que j’y consacre beaucoup de travail moi-même. Faites appel à un agent international, par exemple. Mais la réalité économique est aussi que je suis une femme de 48 ans. Et je ne suis pas la seule, si vous voyez ce que je veux dire.

D’un autre côté, c’est très agréable que des personnes d’Espagne et de République tchèque puissent voir nos séries et nos films. Le monde devient de plus en plus petit à cela. Ce n’est que positif.

Quelles sont vos plus grandes frustrations en ce moment concernant le streaming en ligne et la compensation que vous recevez en tant qu’artiste ?

Maaike : Eh bien, la magnifique portée méta a bien sûr un énorme inconvénient pour nous, les acteurs. Nous n’en voyons pas un centime. C’est un modèle économique qui fait sourciller. Comment est-ce possible ? Il est tout à fait normal que, en cas de succès d’un film ou d’une série, toutes les personnes impliquées et créditées soient rémunérées.

On tient pour acquis que le boulanger gagne sa vie avec son pain, n’est-ce pas ? Nous ne payons pas seulement pour son pain. Non, en tant que clients, nous investissons aussi dans son magasin. Nous payons son personnel, ses sacs à pain, ses essais au chocolat, sa recherche de meilleurs biscuits. En d’autres termes, nous ne nous contentons pas de payer le produit. Enlevez le boulanger et vous n’avez rien. De nombreuses personnes ne comprennent pas la nécessité d’une rémunération adéquate pour nous, les artistes, car cela semble si abstrait. On a parfois l’impression qu’on a de la chance d’avoir du travail, et c’est très frustrant.

Je pensais qu’avec la campagne ” Juist is juist “, les projecteurs seraient enfin braqués sur la valeur de conditions de travail correctes et équitables pour toutes les parties concernées. Mais c’était trop optimiste.

Je suis parfois un peu fatiguée du genre de travail surhumain que nous, les acteurs, devons accomplir juste pour être payés équitablement. Rien de plus et rien de moins. Les gens pensent souvent que vous êtes riche parce que vous apparaissez souvent à la télévision. C’est une sacrée déception. La perception est fausse. Il ne s’agit pas de devenir riche.  

Au-delà de cela, notre position de négociation n’est pas vraiment la meilleure. En tant qu’acteur, nous sommes dépendants des producteurs qui sont nos employeurs. Il n’est pas nécessaire de faire un dessin pour se rendre compte que la position de négociation financière de l’acteur n’est pas proportionnelle à celle d’une riche société de production. Les producteurs ont intérêt à en tirer le meilleur parti. Nous aussi. Mais c’est toujours un peu comme “David et Goliath font du shopping ensemble”. Heureusement, nous avons De acteursgilde

Connaissez-vous la campagne #fairpayforartists ?

Maaike : Oui, je le sais et je le soutiens à 100%.

Comment voulez-vous aider la campagne ?

Maaike : Si je peux venir et parler quelque part, je ne m’arrêterai jamais. Je suis membre de PlayRight depuis longtemps, à l’époque où la société s’appelait Uradex.  J’ai même pris un taxi à travers Bruxelles pour remettre personnellement mes dix kilos de papiers afin de ne pas manquer mes droits à l’époque.

Selon vous, qu’est-ce qui doit changer de toute urgence en Belgique en termes de droits et de rémunération des acteurs ?

Maaike : Une politique culturelle plus réfléchie, sans aucun doute. La Belgique doit comprendre que nous sommes une vraie bulle d’air de ce pays. Les gens sont toujours si fiers de nos artistes, lorsqu’il s’agit mettre le pays en avant, mais une réelle implication du gouvernement dans notre domaine se manifesterait, par exemple, en soulignant la nécessité d’une rémunération adéquate pour l’artiste.

Suivre la directive européenne qui stipule qu’un artiste-interprète a droit à une rémunération appropriée et proportionnelle ne serait pas déplacé. Si nous voulons être compétitifs au niveau européen, cette directive sera très nécessaire. Comme l’aurait dit mon grand-père, qui était boulanger : “Il n’y a rien de mal à être fier parce qu’on peut faire la meilleure crème, mais il faut être capable de la faire ».

Quels projets sont à l’ordre du jour pour vous cette année et l’année prochaine ?

Maaike : Si le COVID ne nous met pas des bâtons dans les roues, Peter De Graaf et moi lanàons notre spectacle Hullep en janvier 2022. Nous allons partir en tournée pendant deux mois. Chantal sera également à la télévision au printemps et nous tournerons une suite à Mijn slechtste beste vriend.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Maaike : J’espère que je pourrai continuer à faire mon travail jusqu’à ce que je sois vraiment vieille. J’aimerais également travailler à l’amélioration de la position des femmes dans notre secteur. Je me réjouis vraiment de l’afflux d’écrivains, de réalisateurs et de rédacteurs féminins.

Et bien sûr, visiter toutes les capitales d’Europe avec ma famille.

Share This :
fermez

Se connecter Devenir membre