Deux étudiants du Conservatoire de Gand reçoivent un prix PlayRight+

11 juillet 2022

Après un entracte de deux années à cause du Covid, les remises de prix PlayRight+ en présentiel reprennent du service. Récompensant des étudiants de dernière année, les prix PlayRight+ visent à soutenir des artistes émergents qui sont sélectionnés par leurs professeurs sur base de leurs qualités en tant qu’artiste-interprète. On vous présente les lauréats de Gand pour 2022 !

Darya Gantura, artiste membre du Conseil d’Administration de PlayRight, était l’ambassadrice de PlayRight+ pour cette remise de prix. Cette année, les professeurs du Conservatoire de Gand ont sélectionné un élève de la section musique et un élève de la section Art Dramatique.

Roberta Zonca (trajet pop)

L’équipe pédagogique qui a sélectionné Roberta comme lauréate :

Roberta Zonca a réalisé une performance live excellente lors de sa deuxième année de master. Elle sait tout aussi bien prendre des risques dans la mélodie, l’harmonie et la technique que combiner ces 3 éléments de façon impeccable. Son sens musical, sa finesse et ses textes approfondis lui ont permis de réaliser un concert impressionnant où l’émotion n’était jamais loin.

Roberta, à propos du prix PlayRight+ : Lorsque j’ai appris que j’avais gagné le prix PlayRight, j’étais à la maison. J’ai reçu un message de Danté, mon bassiste. Il a fait une petite vidéo où ils expliquaient pourquoi ils me donnaient ce prix. Je n’arrivais pas à croire qu’ils m’avaient choisie ! Entendre de tels compliments après avoir travaillé dur pour obtenir un bon résultat, tout en restant fidèle à mes sentiments, à mes instincts et à ce que j’aime, m’a rempli de gratitude et me donne la certitude d’avoir choisi la bonne direction. Roberta »🖤

Jef Hellemans (drama)

Jan Steen, directeur de la section Art Dramatique au Conservatoire de Gand, nous en dit plus sur Jef :

“Dans Pinokkio, Jef Hellemans étudie un registre de jeu physique et dépourvu de psychologique. Ses recherches partent d’un corps qui, en le rendant mécanique, devient étrange ou comique. Avec cette idée de corps, il explore les limites de l’être humain dans une zone intermédiaire entre corps, machine et avatar. Jef a un un grand sens du timing et de contrôle du corps ! Il maîtrise chaque fibre dans un registre de jeu qui se situe entre la danse et la clownerie. Il rend son corps si malléable et élastique qu’il fournit parfois un délicieux effet de gifle. On voit un corps qui se débat, qui veut sortir de lui-même, tragique et comique à la fois, tout en étant poétique ».

Encore bravo à ces deux lauréats. Rendez-vous entre septembre et octobre pour la suite.

fermez

Se connecter Devenir membre